"El Alba"

 

C’est une histoire de fantômes.

C’est une histoire comme un psaume,

le chant d’amour d’une païenne

qui se roule

sur la terre

de Sienne.

 

Ca commence par le silence,

la nuit qui replie ses ailes.

C’est le retour de l’enfance,

le manège, la ritournelle.

 

Ça commence comme un murmure

qui fait frissonner les murs.

C’est le sifflement du train.

C’est le chuintement du destin.

 

Es el alba que me toma.

Es el alba que se va.

 

C’est une source cachée qui gronde.

C’est le frémissement du monde

qui respire tout contre moi,

qui m’appelle

comme un cœur

qui bat.

 

C’est une force

qui me prend, me soulève.

C’est une force

qui m’apprend, me relève.

 

C’est la vie comme une muse.

C’est la vie qui s’en amuse.

C’est un rythme qui vient de loin,

qui tambourine sous mes mains.

 

Et c’est une lame de fond

qui m’envoie valser si fort.

Et c’est une flamme qui fond

sur les armes de mon corps.

 

Es el alba que me toma.

Es el alba que se va.

 

Et c’est l’albâtre de ma vie

qui s’écroule sans un bruit.

C’est l’albatros qui s’enfuit,

qui disparaît dans la nuit.

 

Es el alba que me toma.

Es el alba que se va.

 

C’est le phœnix qui revient,

qui dans sa main me retient.

Et le feu qui recommence,

et moi,

qui danse,

tout contre ton corps,

encore,

changement de décor,

encore.

 

C’est l’amour qui s’endort.

C’est l’amour qui revient.

C’est l’amour sans la mort.

C’est le murmure du refrain.

 

C’est une force

qui me prend, me soulève.

C’est une force

qui m’apprend, me relève.

 

Es el alba que me toma.

Es el alba que se va.

 

Et c’est l’albâtre de ma vie,

un albatros qui s’enfuit,

un nouveau jour qui commence,

et moi,

qui danse.

 

 

 

Commentaires  

0 #2 Nejda 08-07-2020 18:57
Merci Santi!
+1 #1 Jacques Iranzo 04-07-2020 07:59
Que bonito! 8)

Vous n'êtes pas autorisé à poster des commentaires