"Bulgarité et Sororité"

Poèmes du matin

 

Matin rire en bulgarité,
matin rire en sororité,
matin qui invente des mots,
parce que l’académie est paresseuse.

 

Matin capturé,
kidnappé,
désorganisé,
par l’amour
et par la vie,
par l’amitié
qui a des horaires
et qui a du cœur.

 

Matin qui chante dans la brume des nuits trop courtes,
accumulées.
Les heures de sommeil perdues ne se rattrapent jamais.
Elles courent sur ma colonne vertébrale,
sur le bord de mon sourire,
sur le léger brouillard qui voile la vie qui s’étale devant moi.
Les heures de sommeil qu’on a oublié de dormir
vivent avec nous, s’accrochent à notre cou.
Elles ne se laissent pas faire.

 

Je vais arrêter le marchandage.
Je vais arrêter le négoce de mes heures,
l’échange de mes bonheurs,
le commerce de mes battements de cœur.

 

Je vais dormir… !

 

Oui, mais là, c’est le matin…

Et la vie court
sur le chemin

qui s'élargit
à chaque frôlement
de main.

 

 

 

Vous n'êtes pas autorisé à poster des commentaires